Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michel POZO

La valeur-capital domine, et donc la question monétaire est d'une importance centrale... C'est la privatisation de la monnaie qui est la cause des dysfonctionnements dans l'économie.

L'oligopole bancaire mondiale (soit quatorze grandes banques) est l'acteur dominant depuis l'abandon par les états de leur souveraineté monétaire durant les années 1970.

 

Le premier acte étant le 15/08 1971 l'abandon par R. Nixon de la parité fixe entre le dollar et l'or ce qui a ouvert le démantèlement des changes fixes qui prévalaient depuis les accords de Bretton Woods de 1944. Ce démantèlement progressif sera achevé en 1976 avec les accords de la Jamaïque. Les raisons américaines, outre le coût de la guerre du Viet Nam, sont liées à l'impossibilité de dévaluer leur devise alors qu'ils perdaient en compétitivité du fait de la forte inflation.

Une autre raison se superpose à ce contexte qui est la montée en puissance de la pensée néo-libérale qui impose le programme politique avec la libéralisation de la sphère financière et des services publics.

L'indépendance des banques centrales est présentée comme le seul moyen de contrôler la vague d'inflation qui sévit dans les années 1970 et le début des années 1980. Prétexte qui permettra la mise en place des marchés financiers : la monnaie (valeur) devient monnaie (marchandise).

La création monétaire monnaie-papier (10% des émissions monétaires) est le fait des banques centrales alors que les banques systémiques à 90 % créent la monnaie scripturale. Autrement dit, le premier acte de la privatisation de la monnaie est la fin de la souveraineté des états sur leur monnaie.

Alors que dans le même temps, les deux prix fondamentaux de la monnaie, taux de change et taux d'intérêt, ne relèvent plus de la gestion des états, mais sont fixés par le jeu du marché. Voilà l'acte deux de la privatisation de la monnaie.

 

Le problème est que le monde de l'économie réelle, en particulier les firmes, qui exportent et importent ne peuvent supporter des taux de change qui fluctuent ((à la milliseconde) tout comme les firmes qui investissent ne peuvent soumettre leurs investissements à des taux d'intérêt qui évoluent eux aussi à la milliseconde. Pour pallier ces difficultés, des produits financiers ont été créés. Ils devaient donner une visibilité aux firmes en matière de taux d'intérêt et de change en créant des produits d'assurance de couverture contre les variations incessantes des prix sous-jacents.

La couverture des risques qui s'applique aux taux d'intérêt est huit fois plus importante que celle qui s'attache au taux de change. L'essor de cette nouvelle "industrie" montre avec une clarté absolue l'acuité de la question monétaire. Il faut payer toujours plus pour se prémunir contre ce que l'avenir nous réserve. Cela n'est pas tenable... Les crises financières depuis le milieu des années 1990 sont toutes liées à ces produits dérivés et les conditions sont déjà réunis pour que survienne la prochaine.

La seconde raison tient à ce que l'émission de ces produits financiers est le fait d'un petit nombre de banques -14 exactement- constituées en oligopole bancaire qui abusent de leur position dominante. Ce caractère privé de la monnaie, par son mode de création et par son mode de gestion, est le fait de cet oligopole bancaire tout puissant mais instable (Voir Jean François Gayraud sur la gestion criminelle) qui en gère les deux prix fondamentaux et leurs dérivés.

 

La crise 2007-2008 a vu les états s'endetter massivement pour restaurer les comptes de ces banques et la mise en place d'obligations sur cette dette qui feront la crise de demain.

La monnaie est "un bien commun" qui implique de casser l'oligopole bancaire et de la mettre sous le contrôle de la souveraineté du peuple... Donc de refonder la démocratie. Nous le voyons bien aujourd'hui avec des gouvernements impuissants soumis aux dogmes néo-libéraux et aux banques qui ont les moyens du chantage.

 

Refonder la démocratie impose :

 

A. - de casser l'oligopole bancaire :

  1. une loi de séparation des activités bancaires

  2. de taxer les opérations financières

  3. de réformer le système monétaire international (monnaie internationale d'échange non liée au dollar)

  4. restaurer la souveraineté monétaire des états

  5. créer un pôle bancaire public

 

B. - de valoriser le travail productif

  1. passer de la valeur-capital à la valeur-travail

  2. travail personnel

  3. travail collectif et management

  4. modifier l'impôt

 

C - des changements institutionnels

  1. fin du présidentialisme

  2. exécutif sous contrôle démocratique

 

Faudra t-il attendre la crise financière ultime avec la fin de la démocratie ou la guerre pour ce changement tellement nécessaire ?

En paraphrasant Sénèque "Ce n'est pas parce que cette refondation est difficile à engager que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elle est rendue difficile".

Commenter cet article